Pôle Emploi, mon amour (suite)

Finalement la formation se passe plutôt bien, le trajet est long mais en vaut le coup. Je suis toute seule devant mon ordinateur chaque matin, je progresse à mon tempo et apprends un tas de choses utiles ! Saviez-vous qu’une feuille de calcul Excel compte 65 536 lignes ? Passionnant, n’est-ce pas ?

Les formateurs sont plutôt gentils et les autres étudiants aussi : moyenne d’âge  45 ans (imaginez la tête quand ils m’ont vu arriver). J’ai appris que ce genre de centre, également nommé APP, est subventionné par l’Union Européenne et forme les personnes en échec scolaire, ou en échec tout court. Un dernier espoir pour ceux qui ne parlent pas le français mais qui voudraient travailler. Une chance pour ceux qui n’ont jamais touché un ordinnateur de leur vie.

Moi je suis parti de zéro il y a six semaines, mais vraiment j’connaissais rien du tout ! Aujourd’hui je sais faire des feuilles de calculs, des graphiques, c’est facile ! Me confie l’un des étudiants.

Hier, l’une des formatrices est entrée dans la salle d’informatique, très enthousiaste,  pour nous annoncer ce qui suit :  le parc Astérix recrute 1200 Gaulois et c’est bien payé, je viens de voir l’annonce, y a pas de sous métier ! Vous m’imaginez en Gauloise ?

Mais pour terminer cette histoire de formation, il faut que je vous précise à quel point le monde est petit ; dans l’un des couloirs  je tombe sur le poster d’une des chanteuses de jazz que je connais, Sylvia Howard, une américaine ! Mais comment ce poster, signé Amicalement –  Sylvia par-dessus le marché, a-t’ il atterri ici ? Me voyant m’attarder sur cette image familière, le directeur du centre s’empresse de me demander si je la connais.

C’était l’une de nos étudiantes en français !

Oui, je la connais bien Sylvia. J’ai même pris un cours de chant avec elle.

– Ah! Quel personnage cette dame ! Venez, je vais vous présenter quelqu’un qui la connait, et il me pousse vers un jeune homme nommé Ismaïl. Cette jeune demoiselle connaît Sylvia !

– Ti connais Sylvia ? Coumment elle va ? J’i soui un ami, elle a pris des cours di fronçais avec moi pour pouvoir icrire ses proupres paroles en fronçais ! Elle a composé pour un film, « Ni pour ni contre » !

– Vous êtes le prof de français ? je lui demande, amusée.

– Oui, oui ! Me répond-t’il. Si vous la voyez, dites-lui bonjour di la part d’Ismaïl !

Une petite vidéo pour vous faire découvrir tout le charme de Sylvia…

Il y a une chose qui m’intrigue cependant, je dois l’avouer, c’est cette autre affiche scotchée juste au-dessus de mon ordinateur et sur laquelle il est indiqué que les couvres-chef sont interdits. Je n’ose pas demander pourquoi le voile l’est aussi…

By Delli –

Publicités

Une Réponse to “Pôle Emploi, mon amour (suite)”

  1. Séraphine Says:

    Sublime Sylvia Howard, j’adore. Merci de nous la faire découvrir ! May ze Force bi wiz you jolie Delli, ta Freyja-du-vendredi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :