Delli et Jules à l’assaut de la blogosphère…

Voici enfin arrivé ce grand moment : un pas insignifiant pour le monde du web, un pas monstrueusement gigantesque pour moi. Par moi, j’entends une personne pathétiquement accrochée à son papier à lettres, qui refuse de faire des fautes dans ses textos et qui jure qu’elle ne se créera jamais de compte facebook. En d’autres termes, une handicapé du monde 2.0, catégorie on ne peut presque plus rien pour elle, mais on va quand même tenter une dernière fois. C’est là qu’entre en scène ma fort charmante partenaire de crime, Delli. Amusée, puis très vite horrifiée de mon intolérance devenue quasi incompétence, Delli s’est mis en tête de me sortir de mon marasme pseudo intellectuel, en me proposant l’idée de ce blog. Bon avant ça, il y a eu ma rapide initiation à twitter, qui en plus d’avoir donné à Delli des envies de meurtre, m’a donné des envies de suicide…Non mais c’est-à-dire que vraiment, on a beau m’expliquer, je n’ai toujours pas compris l’utilité du site. Cela dit, si ça peut en rassurer certains, j’ai bien compris le principe de Facebook, je crois même qu’il y a dessus des photos de moi qui datent du primaire (ça je comprends moins bien en revanche). Bref, commençant à me dire qu’à force de critiquer les merveilles du monde 2.0, j’allais mourir seule et ignorée de tous dans mon triste logis, j’ai acceptée avec un empressement quasi désespéré l’offre bienveillante de ma charmante amie. Mais pourquoi donc suis-je allée me fourrer dans cette affaire ? Tout cela est tellement cliché. Ben oui quoi, c’est vrai : l’ancienne critique des sites communautaires qui trouve sa rédemption dans l’écriture d’un blog, ça s’est déjà vu des millions de fois, c’est d’ailleurs presque la raison d’être d’un blog…Alors pourquoi donc tomber dans ce pathétique cliché ? D’abord, soyons réaliste : qui va lire ce blog ? Enfin, je veux dire, à part ceux qui veulent  aller voir ce que fait très bien la charmante Delli ? Quelques proches sans doute qui se diront que la vie d’étudiant c’est quand même vachement bien et qu’aujourd’hui les nouvelles technologies permettent d’élever à un rang inespéré les divagations de jeunes en recherche désespérée d’occupation. Et puis, quelques amis d’amis qui auront repéré le blog parmi leurs liens facebook ou twitter, et qui le consulteront peut-être pendant leur pause café, en le trouvant si inutile qu’ils iront directement consulter  la page du Monde.fr qu’ils mettent toujours en favori pour faire genre, mais qui ne la consultent que très rarement. Et puis, finalement les clichés ça peut donner des choses très drôles parfois. J’en veux pour preuve les quelques films que j’ai pu voir ces derniers temps et qui mettent en scène pêle-mêle une brune torride attirant une innocente blonde dans les tourments du lesbianisme adolescent, un chinois sournois s’alliant à une vieille gitane pour attaquer une pauvre blonde (encore) possédée par un démon que seule une voyante mexicaine peut combattre, et une superbe blonde (oui, la blonde un peu naïve est le cliché numéro un de tout bon film qui se respecte) qui découvre la passion dans les bras d’un espagnol séducteur et artiste tourmenté. Comme on aura sans doute l’occasion de reparler de certains de ces films, qui, non, ne sont pas tous des navets trouvés à la caisse de Carrefour, il vaut mieux ne pas dire leur nom et vous laisser les chercher. (Commencer par une devinette pitoyable, voilà qui est très interactif.) Bref, tout ça pour dire que l’association d’une jolie brune talentueuse et d’une petite blonde, ni naïve, ni séduisante, mais un peu retardée, pourrait figurer parmi les intrigues de film citées précédemment…oui, c’est un peu cliché. Mais une fois ce fait établi, et sachant que la chose que nous aimons le plus, Delli et moi, c’est rire de nous-mêmes, alors il ne reste plus qu’à se lâcher, et entrer, même à reculons, dans le monde 2.0 en essayant de divertir, ne serait-ce qu’un peu, le petit nombre de nos lecteurs, que l’on espère voir grandir petit à petit. Si j’en crois ma faible expérience en matière d’internet, la présence d’une sex tape, d’un lib dub ou des deux mélangés pourrait accroître de manière signifiante le nombre de nos abonnés…à voir. Cela dit, ce blog n’a aucune prétention et nous n’allons pas révolutionner le monde des blogs (du moins pas encore), nous allons juste parler des films, des livres, des musiques, des lieux, des gens qui nous ont plu, marqué, intéressé, en essayant d’être le plus juste (ça c’est pour nous) et le plus divertissant (ça c’est pour vous). Par son grand talent, Delli saura sans doute vous faire découvrir tout un tas de nouvelles choses formidables. Quant à moi, étant une personne tout à fait ordinaire, je me contenterai de dire des choses inutiles sur des sujets déjà maintes fois commentés…palpitant.

Publicités

4 Réponses to “Delli et Jules à l’assaut de la blogosphère…”

  1. m3nd3l Says:

    bon, alors c’est parti? pour de bon? Super! je m’abonne.

    • thedeluettes Says:

      Salut Mendel, oui oui cette fois-ci c’est parti pour de bon (enfin j’espère!). En tout cas, merci de t’être abonné, ça va m’obliger à faire ça sérieusement!

  2. Séraphine Says:

    J’adore Jules. On dirait moi, avec mon obstination à écrire mes textos sans fautes d’orthographe, et avec mon renoncement à l’existence d’un compte facebook.
    Très heureuse de la création de ce blog, il est déjà dans mes signets…
    Mon dieu, mais je viens de voir une photo de Till Spiegel… Serait-il aussi sexy que Shah Rukh Khan ?

    • thedeluettes Says:

      Très chère Séraphine, d’abord merci infiniment de ta si réconfortante sollicitude en ces débuts hésitants de tentative bloguesque. Cependant, je me dois d’intervenir et de rectifier une erreur quasi impardonnable: le culte auquel nous appartenons vénère Til Schweiger, et non Til Spiegel (nom reflétant une connaissance manifestement très orientée de l’Allemagne d’aujourd’hui). Ton attirance pour Shahrukh khan t’aura sans doute aveuglée. Mais passons, après tout ces deux visages clés du septième art mondial partagent la même maîtrise du jeu de jambe, mais dans des usages bien différents, c’est certain. Voilà donc un magnifique sujet de débat cinéphile en perspective. Jules

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :